Hamlet : De l'importance du discours politique

Publié le par C.K.

Un des aspects qui pourrait être une des motivations pour monter Hamlet aujourd'hui, dans notre contexte d'échec des politiques, est justement le discours politique dans Hamlet. Et j'entends par discours politique, le même à l'identique que celui que l'on retrouve chez nos chers dirigeants : mensonges, calcul, complot, cupidité, alliance, arrogance, supercherie.

Une seule chose diffère par rapport à il y a 400 ans ! Oui, j'ai bien dit 400 ans, pauvre humanité, c'est la faiblesse poétique du discours de nos contemporains.

Revenons à Hamlet, le discours commence dès la première intervention de Claudius Acte I scène 2.

Lisez bien ce qui va suivre, c'est un chef d'œuvre de fausseté et donc de copier/coller d'un discours actuel. 

 

Claudius : "Bien que la mort de notre cher frère Hamlet soit un souvenir encore vert, et que nous ayons dû garder nos cœurs dans l'affliction, et tout notre royaume contracté en un seul front de douleur, aujourd'hui la raison a si fort combattu la nature que nous pensons à lui avec un chagrin plus sage, tout en nous souvenant de nous-mêmes : c'est pourquoi, naguère notre sœur, aujourd'hui notre reine, l'impériale cohéritière de ce état guerrier, nous l'avons avec joie comme transie, un œil souriant, l'autre pleurant, avec gaieté aux funérailles et chant funèbre au mariage, d'une balance égale pesant plaisir et deuil, prise pour femme."

 

Une seule phrase.

 

Oui une seule et même phrase.

Pour dire : "mon frère est mort, je suis roi, j'épouse sa femme". on est loin de : économie, économie, économie.

Oui mais en même temps notez la puissance de présentation ou d'exposition du contexte politique et humain.

Une seule phrase pour obtenir les informations suivantes :

Hamlet est mort il y a à peine quelques mois. 

Il faut que l'Etat reprenne ces esprits.

Il y a  un risque de guerre.

Il faut gouverner et oublier le deuil.

Amour d'un côté, la raison et la sagesse de l'autre.

 

Claudius est un peureux (cela vous fait penser à quelqu'un ? Allez, j'avoue mon préféré en Claudius ça serait Hollande; roi de Hollande! ). Il n'a rien de guerrier (je parle de Claudius). Il va ensuite immédiatement parler de Fortinbras. Il y a une situation d'urgence. Une effervescence politique dès le début qui doit se voir sur scène.

 

A nous de jouer.

 

 

 

 

 

Publié dans HAMLET ANALYSE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article